LES-GEUELES-ROUGES

LES GUEULES ROUGES – Editions GLENAT – sortie le 8 mars 2017

L’histoire des Gueules rouges repose sur la rencontre de deux univers, celui du western avec les Indiens de Buffalo Bill et celui des mineurs du Nord de la France. 

Un album relativement culturel qui a nécessité un grand travail de recherche de la part des auteurs.
Nous connaissions très peu cette ambiance minière du Nord et du Pas-de-Calais, ses souffrances, ses misères. En peu de pages, tout est exprimé.
Original aussi d’emprunter ce patois pas toujours facile à comprendre par le lecteur…
Et qui aurait cru que Buffalo Bill faisait alors une tournée mondiale sous forme de cirque, avec ses amis indiens qu’il avait combattus des décennies plus tôt.
Un bel ouvrage dont la finition la dirige vers les bibliothèque raffinées.

ETAIT UNE FOIS DANS LE NORD

Été 1905. En tournée dans toute l’Europe, le cirque de Buffalo Bill s’arrête à Valenciennes. Un événement considérable pour la population locale et l’occasion pour Gervais, un gamin qui travaille au fond de la mine, d’élargir son horizon. De sa rencontre poignante avec des Sioux du cirque va naître une terrible erreur judiciaire quand ses amis indiens sont accusés d’un meurtre sauvage…
Riche en péripéties, ce western transposé au pays de Germinal est aussi une chronique truculente de la vie quotidienne des mineurs au début du XXe siècle, sur fond de remous politiques provoqués par les syndicats anarchistes et l’imminence de la loi sur la laïcité.

GR P60.jpgAventure, Roman graphique
Scénariste Jean-Michel Dupont
Dessinateur Eddy Vaccaro
Editions GLENAT
Collection 1000 Feuilles
215 x 293 mm, 120 pages, Cartonné
Prix : 20.50 €

 

 

 

 

Jean-Michel Dupont , scénariste

j michel dupontAncien journaliste dans la presse rock et cinéma, puis concepteur-rédacteur dans la pub, Jean-Michel Dupont est le scénariste de Love in Vain (Glénat), dessiné par Mezzo. Prix des Libraires de Bande dessinée 2015 et en sélection officielle au Festival d’Angoulême 2015, ce portrait du célèbre bluesman Robert Johnson a été traduit en huit langues et publié notamment aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Espagne et au Japon. Jean-Michel Dupont a également signé la conception éditoriale d’une exposition sur la Commune de Paris à l’Hôtel de ville de Paris, ainsi qu’un roman, L’Heure blême (Le Manuscrit) et, sous le pseudonyme de J.-M. Goum, le scénario des Nuits assassines (Casterman), un polar fantastique dessiné par le Coréen Byun Ki-hyun.

 

 

Eddy VACCARO, dessinateur

EDDY VACCAROAprès des études à la faculté d’Arts Plastiques d’Aix-en-Provence, il s’investit dans la musique rock avant de revenir à son premier amour : le dessin : Il a notamment publié les albums : La fantôme (2004), La promesse (2007), Baybars (2008) , Paroles d’illettrisme (2008), Championzé (une histoire de Battling sikki 2010), Le Club du Suicide (2011), Young (2011), España la vida (20213), Mobutu dans l’espace (2015).

« J’ai tout de suite accroché au scénario parce qu’il faisait résonner en moi les westerns de mon enfance. Et puis j’ai aimé découvrir le milieu des mineurs du Nord que je ne connaissais absolument pas. Je me suis aussi attaché au personnage de Gervais, le jeune mineur de douze ans, ainsi qu’à White Eagle et Setting Sun, les deux Sioux Lakota dont il devient l’ami. Enfin, il y avait cette énigme policière à résoudre suite au meurtre sauvage dont, comme dans tout bon western, les Indiens sont accusés à tort…

AVT_Eddy-Vaccaro_7120Je fais de la BD depuis quelques années maintenant, mais je dessine depuis tout petit, comme beaucoup… J’ai fait des études d’arts appliqués au lycée, puis un DEUG d’arts plastiques en fac. Après, j’ai complètement arrêté le dessin pour me consacrer à la musique : guitare, basse, groupes de rock ! Finalement je suis revenu au dessin quelques années plus tard. Aujourd’hui je me consacre aux deux.
Alors pourquoi la BD ? parce que je suis un peu sauvage, un peu solitaire et que ça me va bien de rester des heures devant ma table à dessin à faire exister de petits personnages… Et puis je trouve que le dessin permet de dire des choses qu’on ne peut pas dire avec des mots. Des sentiments, des moments, des sensations… C’est ce qui me plaît, je croit ! » Dira-t-il…

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *