famatinas

LAS FAMATINAS « ASÍ SEGUIMOS ANDANDO » Nouvelles dates

 

Mercredi 19 février 2020 – 20h30

Studio de l’Ermitage
8 rue de l’Ermitage 75020 Paris

Tarifs : Plein tarif : 18 €  – Tarif réduit 15€ , gratuit pour les moins de 12 ans
Réservations réseaux habituels

Mercredi 6 mai – 20h30

LA MARBRERIE
21 rue Alexis Lepère 93100 Montreuil

 

Sortie le 21 janvier 2020
Distribution : Les Belles écouteuses

Musique argentine

 

Las Famatinas, trois femmes, chanteuses et instrumentistes, invitent au voyage vers l’Argentine avec ses rythmes et sa poésie, tout en délicatesse et sensibilité, avec ce lien à la terre, à l’amour, à l’être ensemble, à la liberté, à la résilience. Le trio a été créé en 2015 par Nicolàs « Colacho » Brizuela, artiste nominé aux Latin Grammy Awards. Las Famatinas sont les héritières de la pensée musicale de Mercedes Sosa (1935/2009), appelée La Negra par ses admirateurs, chanteuse extrêmement populaire dans toute l’Amérique latine. Pendant plus de 30 ans, Nicolàs « Colacho » Brizuela a oeuvré à ses côtés comme arrangeur, directeur musical et guitariste. Avec une touche de jazz, Las Famatinas interprètent les plus grands succès de la grande dame ou des thèmes moins connus de la musique argentine. Las Famatinas ou les filles de Famatina, est un clin d’oeil au Mont Famatina, situé dans la pré-cordillère des Andes, dans la province de La Rioja, à 1200 km au nord-ouest de Buenos Aires.

La musique argentine, ce n’est pas seulement le tango qui s’est développé à Buenos Aires, Mercedes Sosa et Atahualpa Yupanqui ont notamment contribué au développement de la nueva canción. En route pour un voyage tout en sensibilité vers l’Argentine…

Pour en savoir plus : www.lasfamatinas.com

 

Capture d’écran 2020-02-08 à 19.40.40

  •  Ninon Valder : chant, bandonéon, flûte – direction des voix

Flûtiste, bandonéoniste, chanteuse, elle se consacre à la musique argentine depuis 2011, après un parcours dans le jazz, la musique contemporaine et la musique africaine. Elle a été formée par Juan Jose Mosalini, Dino Saluzzi, Colacho BrizuelaNinon travaille en duo avec ce dernier depuis 2011. Elle collabore avec des artistes du monde entier et est apparu dans de très nombreux festivals. Parallèlement à sa carrière de musicienne, Ninon développe le CEREMUSA (Centre de Recherche de Musique et Transmission Orale) situé à Bethon (51) depuis 2015.

  • Chloé Breillot : chant, ukulélé

Formée au piano, puis en musicologie, elle intègre le choeur de musique contemporaine Mikrokosmos (Dir. Loic Pierre) en 2008. Puis c’est en 2010 que Chloé décide de devenir chanteuse soliste en intégrant l’Ecole des Glotte Trotters à Paris. Depuis les projets se multiplient, choriste sur l’album Anomalie de Louise Attaque, Chants Indigos, Barco Negro ou encore la collaboration avec l’artiste Violaine Lochu. Elle est l’auteur du spectacle Alice sur l’île des souvenirs et est également chef de choeur.

  • Valentine Jé : flûtes, chant

Après des études au CNR de Lyon, Valentine poursuit un chemin littéraire avant de revenir à la musique par le biais du jazz et des musiques improvisées. Elle étudie l’improvisation avec André Villéger, Thomas Savy, l’écriture avec Carine Bonnefoy, la musique brésilienne avec le pianiste Laurent de Oliveira et les chants du monde dans l’école de Martina A. Catella. En 2017 elle intègre le Centre des Musiques Didier Lockwood où elle poursuit sa formation auprès de Stéphane Guillaume, André Charlier, Benoît Sourisse.

  • Arrangement – compositions : Nicolàs « Colacho » Brizuela

Pendant 30 ans il a oeuvré aux côtés de Mercedes Sosa, comme arrangeur, directeur musical et guitariste. Ils ont enregistré ensemble plus de 30 disques, et tourné dans les plus grandes salles du monde (du Carnegie Hall au Théâtre de la ville de Paris). Nicolàs est producteur de nombreux artistes argentins.

 

 Capture d’écran 2020-02-08 à 19.42.00

Quelques mots sur les titres de l’album

  • Seleccion de Chayas – Jose J. Oyola – chaya – 5’18

Cette chanson est un hommage à Jose Oyola. Il a formé Nicolàs Brizuela dans ses jeunes années de musicien, et un autre chanteur de la Rioja : Chito Zeballos qui a chanté cette sélection dans les années 70. La Chaya est un rythme typique de la Rioja (région du Nord-Ouest de l’Argentine), la terre de Nicolàs Brizuela. Jose Oyola était peintre, sculpteur mais aussi compositeur, auteur et chercheur dans le genre du folklore argentin. Il a beaucoup participé au développement de la chaya riojana.

  • Zamba del Laurel – Gustavo Leguizamon, Tejada Gomes – zamba – 4’41

Ce titre fait partie du répertoire de Mercedes Sosa. C’est un rythme typique argentin, la zamba. La Zamba del Laurel fait partie d’un recueil sur la nourriture. Gustavo Leguizamon est un artiste novateur avec son approche de jazzy.

  • El Duende – Julio Olivera Chazarreta – chuntuky – 5’36

D’un auteur de la Rioja, Julio Olivera Chazarreta, ce titre fait référence au personnage de carnaval : El Duende. C’est un esprit farceur et espiègle qui fait peur, pousse les jeunes filles à faire le premier pas, et verse le filtre d’amour aux amants.

  • Ki Chororo – Anibal Zampayo – canción – 3’29

Cette chanson douce parle du chant d’un oiseau dans le littoral argentin. Elle soulève la thématique du fleuve en tant que frontière, chemin. L’oiseau peut, lui, traverser ces territoires sans en connaître les limites.

  • Polleritas – Julio Santos Espinosa, Manuel Jose Castilla, Gustavo Leguizamon, Raul Show Moreno – huayno – 5’01

Chanson interprétée par Mercedes Sosa comme une célébration de la femme, avec un rythme péruvien huayno.

  • La Diablera – Hilda Herredia, Nella Castro – zamba – 6’15

Cette magnifique zamba composée par Hilda Herredia parle des difficultés de vie des saisonniers, de leurs conditions de travail et de la liberté.

  • El sol de la Rioja – Nicolas Brizuela, Ruben Cruz – chaya – 3’46

Le Soleil de la Rioja, une province inondée de soleil au pied du mont Famatina. On y décrit le carnaval et ses personnages. Les réunions où l’on offre du vin maison, du jus de caroube, et où l’on partage des chants.

  • A maestro Saluzzi – Ninon Valder – aire de huayno – 1’45

Hommage au bandonéoniste argentin Dino Saluzzi.

  • La Arenosa – Gustavo Leguizamon, Tejada Gomes – cueca – 3’18

La terre de Cafayate et ses vignes sont célébrées par le duo Gustavo Leguizamon & Tejada Gomes. Gustavo Leguizamon de Salta a parcouru tout le nord de l’Argentine. Il en a dépeint les paysages et les us et coutumes des années 60.

  • Los Hermanos – Atahualpa Yupanqui – milonga campera – 4’05

Atahualpa Yupanqui, le « père » du folklore argentin a composé cette milonga campera. Il fait référence aux frères qui migrent, à la fraternité de ceux qui partent et la capacité de l’homme à se reconnaître même loin de sa terre. Ces voyageurs possèdent la liberté dans leur coeur. Elle est représentée comme une soeur unique et tellement belle !

  • Ña Lucia – Nicolàs Brizuela, Ines Bayala – chaya – 6’19

La Rioja, une cour en terre, une femme qui danse, de jeunes hommes regardent, apprennent à danser. C’est un hommage à la danse et à la musique qui permettent de surmonter les moments difficiles de la vie.

  • Zamba de medianoche – Nicolàs Brizuela – zamba – 0’45

Courte méditation sur la nuit, et ses possibles rêveries.

  • Todo Cambia – Julio Numhauser – canción – 5’21

Titre phare du retour de la démocratie en 1984, cette chanson est un appel à la résilience, à croire que le changement est possible, à conserver espoir.

  • Un son para Portinari – Horacio Salinas – son – 5’19

Un hommage au peintre Candido Portinari.

  • Luna de carnaval – Jose Oyola – chaya – 2’34

Ouverture sur le monde : une kora rencontre la musique riojana.

Ninon Valder : chant, bandonéon, flûte en ut
Patricia Lestre : chant, violon, ukulélé
Valentine Jé : chant, flûte basse, flûte alto, flûte en ut
L’ensemble des arrangements a été réalisé par Nicolàs « Colacho » Brizuela, excepté
A Maestro Saluzzi, arrangement Ninon Valder.
Enregistré au Studio Midilive
Hugo Briacchi : ingénieur du son
Jean-Baptise Bruhnes – Ninon Valder : mixage
Jean-Baptiste Bruhnes : mastering

 

 

Soizick Fonteneau de Glencoe
Bureau de presse & Communication
T 06 15 92 57 72 – 01 71 03 82 01
@ soizickfonteneau@sfr.fr
www.soizickfonteneau.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *