ruedetanger-gabarit

Rue de Tanger – Rencontre avec Pierre-Yves Le Jeune

credit Photo : ©Squamate @Dimitri Menchikaff

 

Dimanche 11 mars 2018 à la péniche Anako Bassin de la villette, 61 Quai de la seine Paris 19

Rencontre avec Pierre-Yves Le Jeune

ruedetanger

Rien de tel que Bastille, d’où naîtra dans les années 1920 le style musette issu du folklore auvergnat, pour rencontrer Pierre Yve Le Jeune et échanger sur son nouveau projet Rue de Tanger.

Souvenez-vous des guinguettes et bals musettes, ces bals populaires d’autrefois qui rassemblaient des personnes issues de différentes classes sociales pour s’animer et profiter des plaisirs du dimanche après-midi. A travers ce nouveau projet Pierre Yves Le Jeune (contrebasse) accompagné de Laurent Derache (accordéon) et Dogan Poyraz (percussions) donnent un coup de fouet au style musette en l’enrichissant de rythmiques africaines et du moyen orient. Ce genre musical déjà connu de tous et à la fois actualisé selon nos influences contemporaines est ouvert à un vaste public. Mélomanes et adeptes de jazz, cette expérience vaut le détour !

Aperçu Vidéo :
http://ruedetanger.com/

Petite parenthèse et rétrospective sur les guinguettes et bals musettes:

Les guinguettes et bals musettes (tiré l’instrument à vent la musette) sont une référence culturelle et identitaire forte de la culture des bords de Seine et Marne, elles associent l’environnement de la rivière (régates, canotage) aux plaisirs de la table et de la danse. Leur histoire est liée aux loisirs du dimanche des milieux modestes et s’inscrivent dans le patrimoine français.

Les guinguettes se développent à la fin du XVIIème siècle. Elles fleurissent dans un premier temps en dehors de Paris afin d’éviter la taxe (octroi) sur les marchandises entrant dans Paris. Entre 1920 et 1945, une forte immigration italienne, dans l’est parisien, introduit la nouveauté des sonorités de l’accordéon. Cet instrument apportera une caractéristique forte à la musique jouée lors des bals populaires. S’ils sont toujours source d’inspiration pour les peintres, (ex: Bal du moulin de la Galette de Renoir), photographes et les cinéastes les bals musettes ont été délaissés vers les années 1960 au profit du rock et style yéyé. Ce n’est qu’au début des années 90 que quelques passionnés redonnent vie aux guinguettes.

C’est avec fraîcheur et authenticité que le trio acoustique de Rue de Tanger redonne vie au musette. Aujourd’hui Pierre Yves Le Jeune préserve l’esprit du genre en mêlant intelligemment le style musette aux rythmes africains et du moyen orient issu de nos influences migrantes actuelles. Ce mélange peu courant et détonnant remet au goût du jour un style musical considéré comme un véritable patrimoine culturel français et y apporte des sonorités du Maghreb qui enrichit à nouveau le genre. Cette expérience souligne une symbolique forte de l’influence des échanges culturels qui dépoussièrent et vivifient notre patrimoine oublié.

Rue de Tanger (de son nom du 19ème arrondissement) incarne historiquement la culture du musette dans un environnement populaire et métissé. Le trio s’inspire pour le projet des plus grands du musette dont Jo Privat, « le gitan blanc » des années 50 et mêlent aux classiques de l’accordéon des rythmes du chaabi algérien et du moyen-orient.

wopela

 

A découvrir Dimanche 11 mars 2018 à la péniche Anako 

Bassin de la villette, 61 Quai de la seine Paris 19

Dans le cadre du festival du label Wopela !

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *