sarah_lenka

SARAH LENKA Sortie du 3ème album le 7 octobre Sarah Sings Bessie Smith (1894-1937)

SARAH LENKA
Sortie du 3ème album le 7 octobre
Sarah Sings Bessie Smith (1894-1937)

Le 16 novembre 2016, fêtons
« I don’t dress fine » avec l’artiste au

STUDIO de l’ERMITAGE
8 rue de l’Ermitage 75020 PARIS
15€ et 20€

Photos & vidéos © Hugues Anhès. 

Premier label de jazz participatif français après deux disques salués par la critique (Am I Blue en 2008 ; Hush en 2012) et remarqués du public, Sarah LENKA – désignée dès 2007 meilleure artiste vocale féminine de l’année par la Sacem – a décidé de consacrer son nouvel album au répertoire de Bessie Smith dont elle aborde le répertoire à sa façon, dans un registre folk-blues qui permet d’en découvrir la profondeur et l’émotion.

De son timbre éraillé, de son grain de voix troublant et de sa sensibilité féline, Sarah LENKA restitue toute la profondeur de ces chansons qui n’ont pas vieilli tant qu’elles parlent de la société, de l’amour, du désir.

Avec une sensibilité à fleur de peau, Sarah LENKA a toujours abordé le chant comme une manière de libérer les émotions qui la traversent. C’est ce qui la rend touchante, tout comme Bessie Smith qui n’avait peur de rien et brûla la vie par les deux bouts.

A l’aube de ses vingt ans, Sarah LENKA a préféré renoncer aux Beaux-arts pour partir à Londres intégrer une école de musique et faire le choix du chant.

Sarah explique : “J’aime Bessie Smith pour son côté brut, ses histoires crues, ses textes qui racontent le quotidien, et pour son chant sans artifice, qui se fout de l’élégance ou de la sophistication des notes pour aller à l’essentiel, et passer le message de la vie »…

Entourée d’une équipe renouvelée, Sarah LENKA ravive l’esprit endiablé et provoquant de Bessie Smith, comme elle sait aussi en extraire la mélancolie passagère et l’ironie amère.

Autour de la contrebasse de Manuel Marchès, les guitares, banjo et dobro de Fabien Mornet et de Rémi de Coudenhove – donnant cette vraie couleur américaine -, elle sait aussi revenir aux racines du blues et du jazz canaille lorsque la trompette de Camille Passeri et ses sourdines viennent caresser sa voix.

Sarah LENKA ravive l’esprit endiablé et provoquant de Bessie Smith, comme elle sait aussi en extraire la mélancolie passagère et l’ironie amère.

 

Sarah raconte « I don’t dress fine » :

« Après mon deuxième album, j’ai arrêté la musique… Je n’avais plus vraiment la foi, plus la flamme. Alors j’ai tout quitté, Paris, les amis, mon mec… et l’envie est revenue deux ans plus tard avec ce projet sur Bessie ; j’étais prête à me lancer. Je voyais le projet, les arrangements, les images. Alors j’ai commencé à mettre tout en place. Je voulais faire cet hommage à travers mon monde, ma génération, mes histoires et mon vécu, si peu raconté… à part à ma psy ! Cet album m’est particulier : il représente une étape, un changement, un choix… Ces moments de vie où l’on décide vraiment pour soi. J’ai aimé chaque moment, chaque personne rencontrée, chaque musicien, chaque ami et tous ceux qui ont été là dans l’aventure (ingénieur du son, photographe, styliste…).

Et une rencontre toute particulière, Ben l’Oncle Soul, qui m’a fait la belle surprise d’accepter si instinctivement de faire ce duo, dans lequel Bessie et sa sœur parlent de leurs racines ou plutôt de leur déracinement. »

Le 16 novembre au Studio de l’Ermitage 75020 PARIS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *