steve-amber

STEVE AMBER – What The Radio Plays live From A Temple On The Hill

EP Steve Amber C’est ce genre d’homonyme qu’on a l’impression de connaître. Et c’est tout à votre honneur ! Car si vous avez déjà croisé nos quatre musiciens c’est que vous êtes un habitué des concerts indies de votre quartier et/ou que vous êtes breton.

Notre quatuor s’est formé il a 7 ans maintenant et possède déjà un fervent public à ses trousses. 

D’origine franco-anglaise, les membres de STEVE AMBER sont parfaitement parvenus à lier leurs variétés culturelles avec les gouts du jour. 

Dans leur nouveau projet, nous pouvons admirer les garçons transportés, transpirants et transcendants grâce à une série de clips enregistrés en studio lorsqu’ils sont réellement en train de jouer, concept très attractif qui oublie les artifices et se concentre, via la caméra vintage de Stan Jules, sur l’essentiel. 

 

Steve Amber 1 Le cocktail que nous propose Steve Amber peut paraître insipide aux premières bouchées ; malgré la voix androgyne et éraillée du chanteur et les chœurs très planants, le rock-indie a déjà connu son heure de gloire. 

C’est pourtant bien l’intérêt de ce groupe arrivé après la bataille, pour qui  le pari n’en est que plus risqué encore. Or, les sonorités acoustiques mêlées aux guitares saturées et additionnées aux bruitages électroniques donnent au tout un air de mélodies désenchantées. On ne croit pas entendre un remake raté des classiques des années 70’s, mais plutôt une évolution cohérente et délicate de grandes inspirations. On soulignera de plus, la récurrence des maracas joints à de remarquables solos de guitares qui accompagnent notre parcours musical marqué de rythmes, parfois répétitifs, mais hypnotiques. 

L’éventail de mélodies nuancées que nous offrent les garçons relate bel et bien une histoire.

 

 steve amber 2Le message de l’EP semble un peu plus réaliste que pessimiste, portrait de notre aire artistique désabusée qui ne met en exergue que ce qui l’intéresse (What the radio plays) dans un cycle perpétuel de stars d’un soir et d’artistes oubliés (Dust) … 

Drôle de début pour un groupe qui a encore beaucoup à prouver et à accomplir. 

L’originalité n’est, selon moi, pas ce qui définit le plus STEVE AMBER, mais laissez-vous enlever par leurs ballades mouvementées qui vous emmèneront loin. 

 

 

NB : Recorded and mixed by Stan Jules Mastered by Benjamin « Binj » Weber.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *