stickChapman

Le stick Chapman mystère ou conduite à risque, c’est selon …

LE TAPPING NAIT AVEC L’INVENTION DE LA GUITARE ÉLÈCTRIQUE

 

POUR LES CONNAISSEURS FASCINÉS, UNE SENSATIONNELLE INVENTION MUSICALE ENCORE TROP RARE, L’INSTRUMENT N’AYANT JAMAIS FRANCHI LE SEUIL DES ÉCOLES DE MUSIQUE POUR Y ÊTRE ENSEIGNÉ. LA CURIOSITÉ DE CERTAINS MUSICIENS A CONDUIT À SA DÉCOUVERTE ET À SA PRATIQUE. 6000 EXEMPLAIRES ONT ÉTÉ FABRIQUÉS DEPUIS LA CRÉATION D’EMMETT CHAPMAN. PRESQUE QUATRE DÉCENNIES, UNE SOIXANTAINE DE JOUEURS EN FRANCE, SE SONT ORGANISÉS EN RÉSEAU AUTOUR DE L’ASSOCIATION FRANÇAISE DU STICK ET DE LA TAPE GUITARE (AFSTG). 

 

LE TAPPING NAIT AVEC L’INVENTION DE LA GUITARE ELECTRIQUE 

Dans les années 1930 apparaît la guitare électrique inventée par Rickenbacker : les cordes métalliques vibrent au dessus d’un micro magnétique relié à un amplificateur, lui-même relié à un haut-parleur. L’évolution des orchestres de l’époque, les Big Bands, vont favoriser son développement et sa commercialisation: Gibson, puis Fender seront parmi les marques les plus célèbres. 

Le succès de la guitare électrique va faire évoluer la technique même de jeu, l’amplification autorisant de nouvelles sonorités. La spécificité de la guitare électrique s’installe, avec les timbres qu’on lui connaît, allant des sons clairs aux sons saturés. 

Dès les années 40 des guitaristes utilisent cet apport de puissance pour jouer en frappant les cordes sans les gratter, en pianotant directement sur le manche, avec les doigts des deux mains. 

En montant le volume de l’amplificateur, on peut entendre le son produit par ce type de jeu impossible à percevoir avec une guitare non amplifiée. 

Tous les instruments à cordes électrifiés, conventionnels ou créés spécialement comme le Stick Chapman, sont concernés. 

Un festival, « Les Folies Tapping », a même la volonté de s’ouvrir à toutes les techniques de tapping monophonique ou polyphonique où le Stick trouve bien entendu sa place. 

On peut entendre du Stick sur de nombreux enregistrements, en particulier dans les parties de basse de certains musiciens comme : 

Alphonso Johnson sur ses disques solo (Moolight Shadows 1976) ou avec Weather Report ; la partie de basse de Tony Levin sur Shock the Monkey de Peter Gabriel ; King Crimson Liquid Tension Experiment, Security So de l’album, particulièrement mis en avant dans l’album Discipline où il fait notamment l’intro de la chanson Elephant Talk ; Nick Beggs, Tarace Boulba, Bernard Paganotti sur leurs disques solo ; Guy Mauffait, Kittyhawk, Anderson Bruford Wakeman Howe, le Dave Matthews Band, Dream Theater ; le solo de guitare d’Eddie Van Halen sur Beat it de Michael Jackson ; Greg Howard, Jim Lampi, Guillermo Cides, Bob Culbertson, Trey Gunn, Jim Wright,… 

Pour la France retenons : André pelat ; Youenn Landreau en solo ou avec son groupe Costik ; Pascal Gutman, Thierry Carpentier… 

HISTOIRE 

Inventé par Emmett Chapman en 1969, le Chapman stick ne sera commercialisé qu’en 1974. 

Dérivé de la guitare, il comporte huit, dix ou douze cordes séparées en une partie mélodique et une partie basse. Les cordes sont frappées avec les doigts selon la technique du tapping à deux mains encore dénommé touch-style. Il permet un jeu nettement plus polyphonique qu’un instrument à cordes plus classique, le rapprochant plus des instruments à clavier. 

Les cordes de la partie basse et de la partie mélodique sont amplifiables séparément. 

Il peut être affecté à n’importe quel style : rock, funk, classique, jazz, blues, salsa, celtique, punk… 

Fabriqué dans différents bois ou en graphite, il se décline en plusieurs versions qui se distinguent par le nombre de cordes et la répartition de celles-ci entre mélodie et basse. 

Plusieurs accordages sont possibles, mais les plus populaires montrent une dissymétrie dans les intervalles entre les cordes mélodiques et les cordes basses, avec une opposition quarte et quinte. 

D’autres accordages autorisent des motifs de doigtés similaires sur les deux manches ainsi que des transpositions plus aisées. 

Le son de cet instrument est chaud et puissant, et sert généralement à grossir les basses des accords. 

La technique utilisée s’apparente un peu au piano dans le sens où la main gauche joue les basses, avec éventuellement les accords, pendant que la main droite joue les mélodies ou les accords. 

POURQUOI JOUER D’UN TEL INSTRUMENT ? 

 

WLM16-1Instrument à part entière, il permet de composer, créer, faire de la recherche. Un véritable instrument d’harmonie, un instrument qui personnellement ouvre une nouvelle dimension, et fait progresser le sens du rythme et du son. 

POURQUOI EST-IL MAL CONNU ? 

Peu de marketing pour la simple raison que ce sont les luthiers qui les fabriquent et qu’ils n’ont pas les capacités de production des grands. Les instruments sont assez chers, donc peu d’acheteurs. 

Pour des musiciens des années 80 influencés par Tony Levin, une mode était d’avoir un Stick Chapman. 

S’apercevant que cela n’était pas facile à jouer, une revente s’est imposée avec la fausse idée que c’était impossible à jouer. Pour jouer du stick, il faut une certaine maturité musicale, savoir jouer d’un instrument auparavant (guitare, basse ou même clavier, sax). 

MAIS COMMENT ACHETER UN STICK EN FRANCE ? 

Une bonne occasion en bois coûte en moyenne 1100 à 1200€. 

Neuf (ne le faites surtout pas venir des USA), c’est hors de prix. Passer par des importateurs qui le céderont 2200€ pour un 12 cordes. Pour un WarrGuitar, il faut le faire venir des USA au prix moyen de 4000€. 

WLM16-2Des adresses en France :

www.tapmag.fr.st

Sinon :

www.stickist.com 

 

 

REGLAGES PROPOSÉS POUR LE STICK 

 

LE TRUSS ROD 

Le Truss Rod compense la force du tirant des cordes. Le matériau utilisé pour fabriquer le stick ne serait pas suffisant pour résister seul à une traction très importante. 

Indispensable aussi lorsque l’on veut régler la courbure du manche. Le Stick est un instrument requérant un manche ultra plat et il faut un dispositif permettant d’en régler la courbure naturelle et/ou forcée. 

WLM16-3La courbure du manche peut se présenter sous deux formes : convexe ou concave. 

• Une courbure convexe du manche rapproche les frettes des cordes, ces dernières peuvent friser. 

• Une courbure concave éloigne les frettes des cordes, l’action de ces dernières en est affectée. 

 

 

RÉGLAGE DU TRUSS ROD 

Le réglage du manche via le Truss Rod est la première étape par laquelle passer avant d’entreprendre de régler complètement le Stick. Le manche doit être parfaitement plat à la fin du réglage. Il convient de déterminer si le manche est concave, convexe ou droit. 

Viser une source lumineuse avec votre Stick tête vers soi. Observer la ligne reliant le sommet des frettes, du sillet au chevalet, et voir si celle-ci est courbée ou droite. Pour régler la tige il faut avoir le Stick en position de jeu. Ce point est important car dans une telle position il n’y a aucune interférence dans le combat tirant les cordes vers le manche. Si on règle le Stick sur une table, l’appui joue sur le réglage d’un des deux opposants. 

• Si le manche est concave, insérer la clef de réglage du côté gauche du Stick et la tirer légèrement vers soi ; le Truss Rod alors se tend. Un léger coup de clef parfois suffit. Si les cordes frisent prêt du sillet après le réglage c’est que la tension est trop forte. 

• Si le manche est convexe, pousser la clef pour relâcher le Truss Rod. 

A la fin du réglage, idéalement, on doit pouvoir fretter chaque note sans faire friser une corde. Il faut vérifier souvent le réglage du Truss Rod car les conditions climatiques, la chaleur, ont une incidence sur les matériaux (surtout le bois) et ces derniers peuvent bouger et dérégler le Stick. Eviter de régler le Truss Rod après un accordage car les cordes auront bougé. 

LE SILLET 

Comme tout instrument à cordes, cette pièce permet d’aligner correctement les cordes entre le chevalet et les mécaniques et d’en régler la hauteur. Idéalement les cordes doivent être au plus prêt du manche afin que le Damper (le bout de velcro qui étouffe les cordes) puisse faire correctement son job en empêchant la résonance des cordes. En acoustique, il est possible que l’on entende les cordes friser entre le sillet et la case à laquelle on joue ; ceci n’est pas grave car le son ne sera pas amplifié, mais cela peut être perturbant lors d’un réglage sans amplificateur. Si le Stick n’est pas branché pour le réglage et qu’à un moment donné on ne sait pas s’il frise entre le sillet et une note jouée ou entre cette dernière et le chevalet (la confusion est parfois possible), étouffer les cordes avec la main libre entre le sillet et la note jouée. Si la corde continue de friser c’est qu’il y a un réglage à effectuer au niveau du chevalet.

  • On distingue 2 types de sillets pour le stick : 

Le sillet ancienne génération qui se présente sous la forme de pontets comportant une tranchée dans laquelle passe chaque corde ; 

Le sillet nouvelle génération ou Dual Flap Unit qui se présente sous la forme de deux volets supportant chacun un groupe de cordes. 

SILLET ANCIENNE GÉNÉRATION 

Pendant de nombreuses années les Stick ont été équipés de ce système. 

• Avantage : réglage des cordes une par une ; 

• Inconvénient : réglage par demi- tour de pontet moins précis. 

On trouve autant de pontets qu’il y a de cordes. Chacun possède sur sa tête une tranchée en permettant un passage correct et parallèle au manche. 

Pour régler le sillet il suffit de visser/ dévisser chaque pontet pour baisser/ lever la corde concernée. Le but est que chaque corde soit normalement jouable à la première frette et que l’espace entre frette et le dessous des cordes – peu importe leur diamètre – soit identique. Le réglage du sillet s’exécute en détendant légèrement une corde que l’on sort de sa tranchée. Visser/dévisser le pontet – par demi-tour afin d’obtenir des réglages précis – puis tendre la corde, l’accorder et vérifier qu’elle est au plus bas possible et jouable à la première case. Si une corde frise après un réglage, dévissez son pontet d’un demi-tour. 

SILLET À VOLETS : DUAL FLAPS UNIT 

Système basés sur deux volets. 

• Avantage : réglage très précis ; 

• Inconvénient : réglage individuel des cordes impossible. 

Ce sillet se distingue principalement de l’autre dans la mesure où l’on peut régler deux groupes de cordes plutôt que chaque corde séparément. Chaque volet est ancré sur trois points, deux vis sont réglables par une clef Allen et un cruciforme standard. On commence par baisser les deux vis Allen du premier volet jusqu’à ce que les cordes touchent la première frette et qu’elles deviennent injouables à la première case. Serrer la première vis Allen jusqu’à ce que la corde se lève suffisamment pour qu’elle soit jouable à la première case. Recommencer l’opération avec l’autre vis. 

WLM16-4Vérifier les cordes à proximité de chaque vis situées entre celles que l’on vient de régler. 

Elles devraient toutes être ajustées et si ce n’est pas le cas, lever un peu plus la vis Allen la plus proche de la corde mal réglée. Répéter l’opération pour l’autre volet. 

LE CHEVALET 

On en distingue aussi deux types: 

  • le chevalet old school ; 
  • le Full Intonable Bridge, chevalet nouvelle génération qui permet de régler l’intonation en plus de la hauteur des cordes 

QUELQUES DÉFINITIONS… 

• L’action 

Elle correspond à la hauteur des cordes par rapport au manche. 

On modifiera donc l’action via les pontets individuels du chevalet. Certains musiciens préfèrent une hauteur des cordes un peu plus élevée que la normale mais cela a des conséquences sur la dynamique des cordes et, au niveau des frettes les plus hautes, des soucis d’intonation. Idéalement, et dans l’esprit de son inventeur, les cordes doivent être réglées au plus bas afin que l’action de ces dernières soit la plus faible possible. Un Stick réglé avec une faible action permettra un jeu facilité et une expression renforcée. Concernant la hauteur des cordes, il faut prendre en considération la façon dont vibrent ces dernières. Les cordes les plus graves ayant un diamètre plus élevé, elles vibreront de manière plus importante. Contrairement au sillet on ne règle donc pas toutes les cordes à la même hauteur. 

Si vous regardez chaque groupe de cordes séparément (de la corde la plus fine à la plus grosse) vous devez constater une augmentation graduelle de l’espace entre le dessous de la corde et les frettes. Pour faire cette observation, appuyez sur le groupe de cordes que vous ne regardez pas, de cette façon vous verrez mieux les espaces situés sous les cordes de l’autre groupe. Pour régler l’action des cordes il suffit de baisser/lever ces dernières en vissant/ dévissant les pontets du chevalet. Pour ce faire il faut procéder corde par corde sur le principe du sillet à l’ancienne. Détendre une corde, la sortir de son pontet, procéder au réglage de ce dernier (par demi-tours), remettre la corde dans la tranchée de son pontet, l’accorder. Vérifier si la corde ne frise pas sur l’ensemble des cases. Effectuer ce réglage pour chaque corde en prenant soin de l’accorder à chaque fois.  

• l’intonation 

Le Full Intonable Bridge comporte des rails individuels pour chaque corde sur lesquels se trouvent les pontets. Ce système permet d’allonger ou de rétrécir la longueur vibrante de chaque corde. Chaque rail est maintenu en place par deux vis cruciformes. 

CHEVALET OLD SCHOOL 

Simple, ici pas de changement de tirant ou d’accordage trop important. 

• Inconvénient : réglage de l’intonation impossible. 

WLM16-5Pour les détenteurs du chevalet à l’ancienne, il faut contacter Stick Enterprise afin qu’ils vous fournissent des pontets spéciaux décalés sur leur axe et permettant de s’adapter aux différents tirants de cordes. 

Attention toutefois à ne pas prendre de tirant trop élevé car les anciens Stick ne possèdent pas de Truss Rod et sont prévus pour fonctionner de manière optimale avec un tirant light. 

FULLY INTONABLE BRIDGE 

• Avantage : réglage de l’intonation (permet, entre autre, de changer de tirant de cordes et d’accordage). 

WLM16-6Les frettes sont positionnées à des intervalles calculés à des endroits bien précis en fonction d’un certain diapason (distance sillet-chevalet). (En divisant la longueur vibrante de la corde par la racine douzième de 2 (soit 1,0594631), on obtient la position de la première frette par rapport à la longueur à vide. La position Ln d’une frette par rapport au chevalet est Ln- 1/1.0594631). 

Un Stick a un diapason de 36 pouces (34 pouces pour les anciens modèles, 22,5 pouces pour les Stick Alto). Malheureusement ces positions théoriques de frettes ne prennent pas en compte le diamètre des cordes. Plus une corde a un diamètre élevé, plus il faut compenser cette épaisseur en modifiant légèrement son diapason par rapport à celui calculé pour placer les frettes. Ainsi si vous mettez tous les pontets du chevalet à la même distance du sillet vous constaterez que les cordes peuvent sonner juste à vide et sur les premières cases en haut du manche, et de plus en plus faux au fur et à mesure que vous monterez dans les aigus. Régler l’intonation c’est en fait régler la justesse du Stick. 

Contrairement aux autres instruments à cordes du même type, le Stick ne peut pas être joué cordes à vide (cause tapping), ce qui complique la procédure de réglage de l’intonation. On ne peut pas employer l’expression «réglage des harmoniques» comme on le fait avec une guitare ou une basse car on ne peut pas obtenir avec suffisamment de précision les harmoniques naturelles d’une corde à vide sur le Stick. 

Si on effleure une corde de Stick précisément à la moitié de sa longueur vibrante et que l’on gratte cette corde à la manière d’une guitare, on est sensé entendre une harmonique correspondant à la même note que celle située sur la 12ème case. 

Mais le Damper fonctionnant très bien, le sustain de l’harmonique ne sera pas suffisamment long pour être exploitable au cours du réglage. En fait il faudrait un Damper débrayable comme sur le NS Stick pour résoudre ce soucis. 

Avant de procéder à ce réglage, s’assurer que la rectitude du manche et l’action des cordes soient optimales. Accorder la corde que vous voulez contrôler à la 2ème case, puis contrôler son accordage 12 cases plus haut (même note, une octave au-dessus). 

  • Si la note jouée en haut du manche est plus haute, il faut alors allonger la longueur vibrante de la corde ; 
  • Si la note est plus basse, il faut raccourcir la longueur vibrante de la corde. 
  • Pour effectuer ces réglages procédez de cette façon : 
  1. détendre la corde de telle manière que l’on puisse la retirer de son pontet de chevalet et accéder aux vis retenant le rail, 
  2. dévisser légèrement ces deux vis, 
  3. reculer/ramener de quelques millimètres le rail, 
  4. revisser les deux vis, 
  5. remettre la corde sur son pontet, 
  6. accorder la corde, 
  7. recommencer la procédure de contrôle de l’intonation sur cette même corde jusqu’à obtenir deux notes identiques, séparées d’une octave. 

Pour ces réglages il faut procéder par tâtonnement car on désaccorde le Stick à chaque fois. On règle donc chaque rail en accordant à nouveau le Stick entre chaque manoeuvre, jusqu’à obtenir des notes justes 12 cases plus haut. Effectuer ce réglage sur chacune des cordes afin d’obtenir un instrument parfaitement juste. 

Une fois cette procédure terminée il sera inutile de les refaire sauf si le tirant change. 

WLM16-7Un changement de tirant d’une ou plusieurs cordes oblige à régler de nouveau l’intonation des cordes. Toutefois il faut savoir que certaines cordes parmi les plus graves ont, sur environ 5 centimètres après leur point de fixation, un diamètre plus petit. 

Au niveau du chevalet il est alors nécessaire d’avoir un pontet différent des autres (pas de vis plus long, pontet plus haut, tranchée du passage de la corde plus fine) pour compenser les énormes différences de diamètre que l’on retrouvera d’une corde à l’autre. Stick Enterprise fournit gratuitement et sur demande des pontets avec les nouvelles cordes 

Précisez-leur le nouvel accordage et tirant actuels et les nouveaux accordages et tirants. 

Le passage d’un accordage standard à un accordage en Dual Bass nécessite le changement de certains pontets. 

LE BLOC MICROS 

Il peut être nécessaire de régler le bloc micros si l’on change les réglages de Stick. Idéalement, les micros doivent se trouver le plus prêt possible des cordes sans qu’elles ne touchent celles-ci : meilleur son et minimum de repisse* entre les blocs de cordes, (*phénomène où les micros d’un bloc captent le son émis par les cordes de l’autre bloc). Ce phénomène peut être gênant si vous utilisez des effets différents sur chaque bloc de cordes. 

RÉGLAGE DU BLOC 

Le bloc micros – ACTV-2, PASV- 4 et autres – est posé sur quatre vis Allen accessibles à l’arrière du Stick et deux vis cruciformes situées sur la face avant du bloc micros. 

Pour descendre le bloc micros, dévisser à l’arrière les vis Allen. 

Une fois la hauteur désirée atteinte, visser sans forcer les deux vis cruciformes à l’avant du bloc micros. 

WLM16-8Pour le monter, dévisser d’abord les vis cruciformes à l’avant du bloc micros. 

Une fois la hauteur désirée atteinte, visser les vis Allen à l’arrière du bloc micros. 

Là encore attention avec le serrage de ces vis. 

Noter sur un papier les réglages que vous faites (micro – pôle – nombre de tours de clef, etc) 

Les deux autres blocs micros disponibles chez Stick Enterprise sont des micros céramiques orientables. 

Aux extrémités de chaque micro on trouve une vis Allen qui permet de rapprocher ou d’éloigner celui-ci des cordes.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *